Université inter-âges du Bugey
élargir l'horizon de ses connaissances...
Université inter-âges du Bugeyélargir l'horizon de ses connaissances...
Accueil L'association UIAB Agenda des événements Les ateliers Les conférences Pour aller + loin Echange Albums photos Contact

Elfriede JELINEK, Les amantes, (1975)


Date de publication : 05/11/2019
Catégorie : LECTURE 



, ed. française Jacqueline Chambon, (1992),

en poche coll.

Points, P 1120 (2003)

Prix Nobel de littérature, 2004...

cliquez ici pour lien france culture

https://www.franceculture.fr/personne-elfriede-jelinek.html


Citations :  (choix de André Bastand)

ici règne la loi du bas ventre, ça change de la loi de la forêt , ici règne la passion, bien que nul n'ait encore jamais vu son visage. pendant les pauses paula se gorge d’amour, pendant le travail elle dégorge le tout il y a toujours à un moment ou un autre, dans une maison ou une autre, un enfant taloché qui se met à brailler, quand l'un s'arrête, l'autre s'y met (…)

le sort des enfants : écrasés, tabassés, violés, accidentés, mais reproductibles mon dieu, comme je te hais pour ça, pense b. heinz est heureux d’avoir enfin quelqu’un à baiser.

souvent les femmes se marient...ou périssent d'une autre façon heinz est déjà dans les toilettes, à se taper une branlette, afin d’être moins affamé tout à l’heure pour le deuxième coup et donc de mieux veiller à ne pas répandre malencontreusement une goutte de trop dans le mauvais trou […]. interrompant son fils elle parle fièrement des soucis qu’il lui donne, elle est fière des soucis que lui donne son galopin de fils, elle a honte de ceux que lui donne sa fille.

paula souffre à en perdre la raison. elle croit que sa raison s'échappe par tous les orifices, goutte à goutte par chaque orifice, jusqu'à ce qu'elle soit vide. elle se cogne le tête, pauvre tête, contre le mur, encore et encore, les braves gens sont contents, ça les dispense d'avoir à cogner, paula s'en charge elle-même bravo. paula s’est fait une fête de l’amour, mais n’en recevra pas.

erich sera reparti depuis longtemps que paula en sera encore à chercher l’amour, entre les poteaux, dans la mangeoire pourrie, au milieu du foin et du purin. mais paula a seulement mal entre les jambes (…)

paula court après l'amour comme un cochon après les glands. la maman espère que le petit drôle finira par s’échapper de paula, avant d’être formé et viable, suffit qu’elle se traîne un bon coup sur les genoux, qu’elle soulève de lourds baquets pleins d’eau de lessive sale et brûlante, qu’elle se crève le cul, la paula.

mais non, rien ne s’évade, rien ne s’échappe, à part la sueur qui jaillit de tous les pores. l’amour ne siège plus dans le bas-ventre, mais uniquement dans la tête. dans le bas-ventre, tout est mort, insensible.

le bas-ventre s’épargne ainsi bien du tracas. plutôt une cuisine flambant neuve que du plaisir dans le ventre.

le plaisir passe, la cuisine demeure. chacun comprend : c’est une famille complète.

l’homme comprend : à présent, en plus de ma femme, j’ai une autre créature à tabasser et à engueuler.

La chair d’enfant est tendre, mais n’offre que peu de surface. la femme comprend : j’ai déjà produit quelque chose, c’est une incitation à poursuivre la production.

en réalité brigitte trouve les nourrissons repoussants, en réalité elle aimerait briser leurs délicates phalanges, larder leurs pauvres petits orteils d’esquilles de bambous, et à la place de la chère tétine fourrer un chiffon crasseux dans la gueule du personnage principal qui vient d’arriver.

afin qu’il apprenne une bonne fois ce que crier veut dire. un enfant peut être victime de l’usure générale des choses ou de la circulation dans les grandes villes, il en faut donc un en réserve. il est préférable d’en avoir un en stock, en prévision de l’usure. un enfant vaut d’ailleurs sûrement mieux qu’une machine à coudre, avec l’enfant on peut se promener au grand air, avec la machine non. la mère a une tuberculose des os, douloureux destin qu'erich doit s'employer à adoucir. avec la vie qu 'elle a menée, la mère aurait mérité pire qu'une tuberculose, mais elle a eu un fonctionnaire.

n.b. : typographie originale respectée ; pas de majuscules


Quelques phrases : (choix de France Fortunet)

En attribuant le prix Nobel à Elfriede Jelinek en 2004, le jury avait récompensé : «  le flot musical de voix et contrevoix dans ses romans qui dévoilent avec une exceptionnelle passion langagière l’absurdité et le pouvoir autoritaire des clichés sociaux »

Elle –même pense «  s’être suffisamment dévoilée à travers ses œuvres ».

« Les Amantes « ou » le pavé dans la mare »

A travers la vie de 2 (3) femmes ou 2(3) couples « tous les tours et détours pour obtenir un mari et le retenir sont bien vus ici » (p.212) Quel est le mécanisme ? :

«  ainsi, au cours des ans, s’est établi un cycle naturel : naître et entrer dans le circuit, se faire épouser et sortir du circuit,, puis avoir une fille qui sera ménagère ou vendeuse, .. la fille entre , la mère claque, la fille se fait épouser, sort du circuit, saute du train en marche, a elle-même une fille, … «  (p. 17)

en apothéose du récit « les NOCES » p. 191-196

Voici quelques phrases pour présenter les personnages et le ton du roman :

Pour les hommes :

ler couple : brigitte et heinz : «  heinz a déjà un avenir », « heinz est à présent le maitre à bord comme il dit plaisamment »(p.192) 2e couple : paula et erich : «  erich est à présent le maître à bord comme il est incapable de dire et que les autres disent à sa place »(p.192)

il y a aussi le 3e couple formé par susi et son mari,

Quant aux femmes : « brigitte dit « heinz est à moi, à moi, à moi «  (p.91) – « brigitte a la vie de heinz devant elle » (p. 138) avec le mariage «  les deux femmes s’épanouissent sous l’effet de leurs nouvelles tâches «  mais il y a des différences entre elles  :

« peut-être les femmes d’aujourd’hui sont-elles différentes de celles d’autrefois ? »

Quels portraits ?

S’agit-il d’une part de brigitte et paula et de l’autre susi (suzanne) ? Cette dernière est sans aucun doute une femme d’aujourd’hui «  elle veut rester mince afin d’être et de rester pour son mari une amante agréable… intellectuellement aussi, elle veut rester en forme.. » (p.

Quant aux deux autres, par delà un objectif similaire, leur trajectoire va être très différente.  » mais  brigitte n’a peut être aucun avenir, l’avenir dépend entièrement de heinz (p.8 »),

«  brigitte n’est rien » (p.92) « brigitte a la vie de heinz devant elle » (p. 138),

« brigitte suit sa vocation de femme » « et enfin aujourd’hui nous voici en mesure d’annoncer que ca a marché entre ces deux jeunes gens, .. ainsi brigitte a-t-elle quand même fini par avoir un destin…aujourd’hui heinz a fait un enfant à brigitte, félicitations. » (p. 177)

Quant à elle , après avoir abandonné ses rêves de couture, « paula veut erich, qu’elle aura, dont elle aura un enfant, sur quoi elle abandonnera son métier, pour avoir d’autres enfants, , c.a d., un autre enfant d’erich » (p.66). ainsi, « elle, elle a trouvé le bonheur, par bonheur tout ce qu’elle fait pour son mari lui profite à elle aussi, les chaussettes propres, les chemises nettes, les slips et les chaussures, ..

il ne lui est pas possible de faire quelque chose directement pour elle  » (p.94)

« paula court après l’amour comme un cochon après un gland « (p.125) «

  paula veut avoir et avoir à aimer, et montrer aux gens ce qu’elle a, ce qu’elle a, ce qu’elle aime « (p.162),

« ce n’est pas un roman du terroir, ce n’est pas non plus un roman d’amour en dépit des apparences. bien que ceci traite de du terroir et d’amour, il ne s »agit ni du terroir, ni de l’amour ». (p. 182)

»ce sera un beau mariage en blanc »…

« un jour, le nœud coulant se resserrera » (p.183).

Et l’avenir ? :

Pour brigitte, «  brigitte et heinz entament une vie de famille qui, chaque jour, est identique et consiste à travailler, travailler, travailler ».


Pourtant, « le destin de brigitte ne fait que commencer ici, brigitte a réussi à s’échapper »(p. 125) (à sa condition d’ouvrière) ?

Pour paula, « il y a eu une erreur d’aiguillage » (p.213) ; le mariage s’est conclu par un divorce à ses torts.

« Mais notre paula est encore à chercher ses clés de voiture.

Au revoir, et bonne route, paula ».





elfriede Jelinek

Newsletter...

Restez informé en vous inscrivant à la newsletter
© 2017 - 2021  UIAB   -   Mentions légales