Université inter-âges du Bugey
élargir l'horizon de ses connaissances...
Université inter-âges du Bugeyélargir l'horizon de ses connaissances...
Accueil L'association UIAB Agenda des événements Les ateliers Les conférences Pour aller + loin Echange Albums photos Contact

LES FILS CONDUCTEURS Guillaume POIX Gallimard 2017


Date de publication : 12/03/2020
Catégorie : LECTURE 

 Prix des libraires folio / TGuillaume POIX élérama Folio –

n°6688 août 2019

1° roman Prix Wepler-Fondation La Poste 2017 224p. 7,40€


Immersion dans le monde technologique le plus avancé par son aspect le plus immonde ou le fruit vénéneux de la société de consommation ou transfert consciemment irresponsable de notre incapacité à respecter la planète ou mépris d’une partie du monde (minoritaire) envers les peuples ''défavorisés'' (?) ou tout cela à la fois, et plus encore, résumé en un seul mot : agbogbloshie.


1 Ce mot pourrait signifier l’enfer tant il y a de flammes, de fumées, de cris, de corps en train de se consumer.

On imagine les corps de défunts chez Lucifer, alors qu’ici ce sont bien des vivants qui s’activent, enfants et ados, pour une maigre récompense, les plus chanceux gagnent la survie.

L’entrée de ce cloaque, appelée Golden Gate, est le check-point que tous ceux qui souhaitent un avenir meilleur rêvent de franchir.

Les tricards tentent à l'extérieur de tirer un maigre profit en vendant de l’eau purificatrice à ceux qui sortent de l’antre, harassés, méconnaissables, avec quelque argent en poche.

Les ferrailleurs s’écorchent sur l’arête coupante des boîtiers éclatés, se brûlent au feu qui dénude les fils électriques, encombrent leurs poumons de poussière et de fumées toxiques, cherchent comment améliorer leur production quelles qu’en soient les conséquences pour leur organisme


2. Si vous êtes un bon fouineur, vous pourrez travailler pour les caïds du coin.

Horreur dans l’horreur, des rabatteurs menaçants, au prétexte d’améliorer le revenu des enfants, approvisionnent en chair tendre les étrangers de passage en quête de plaisir coupable.

Les personnages: Daddy Jubilee, Wisdom et Justice, Jacob, Isaac, Moïse. Thomas. Gifty. Ama. Phrases extraites :

• Les transactions se mijotent continuellement dans un brouhaha gigantesque.

• J’en côtoie qui ont les doigts si capables qu’ils pourraient détacher le vent de l’air.

• On s’enfilera le Père éternel en lui fourrant le menton dans nos reliques avariées.

Nota : la convention de Bâle 1992, officiellement ''Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination'', doit, en principe, éviter le transfert des déchets dangereux des pays développés vers les pays en développement et doit aider ces pays à gérer de façon raisonnable les déchets , nocifs ou pas, en minimisant la toxicité produite.

Les préoccupations environnementales s'effacent devant l'économie que génère cette activité. 4 à 5,000 personnes vivent de ce site.

Les douanes locales trouvent là de bonnes raisons de ne pas sévir.


Guillaume Poix : Guillaume Poix a grandi près de Lyon

Il entre à l'École Normale Supérieure en 2007 puis fait des études théâtrales de 2011 à 2014 à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre dans la section « écrivain dramaturge ».

Il écrit ses premières pièces Straight (2014) – traitant des viols collectifs des lesbiennes découverts lors de son séjour de six mois en Afrique du sud – et Et le ciel est par terre (2017) – présentée lors du Festival d'Avignon – qui sont récompensées par de nombreux prix spécialisés.

.Il a également travaillé auprès de la cinéaste Claire Simon à l'écriture des films Les Bureaux de Dieu et Gare du Nord Sa pièce Waste (2015)

– commande de l'Institut français de Cotonou et mise en scène au théâtre de Poche de Genève en 2016 par Johanny Bert

 – s'attache à la question des relations Nord-Sud à travers la gestion des déchets, sujet et personnages qui seront au centre, en 2017, de son premier roman,


 Les Fils conducteurs, décrivant la situation de la décharge de matériel informatique et électronique d'Agbogbloshie à Àccra au Ghana.

Ce roman est particulièrement remarqué lors de la rentrée littéraire 2017 et reçoit le prix Wepler.


Au milieu de la « bosse » d’Agbogbloshie … une petite fille…



p.98 Au cœur de ce tas monumental, s’élève une sorte de pilier très reconnaissable qui monte assez haut dans le ciel…


Cette colonne de métal ornée d’un semblant d’escalier sur son versant septentrional doit toute sa hauteur à l’astucieuse sédimentation de diverses ossatures : congélateurs, téléviseurs et même une gazinière ;… elle apparait comme le repère le plus sûr pour ne pas s’égarer sur la bosse, continuellement reconfigurée par les approvisionnements quotidiens et les crémations odorantes qui dévorent la matière,… On peut se fier à elle, on la voit de très loin, elle est comme un phare bienfaisant


p. 99 un colimaçon courant sur le flanc du pylône semble stabiliser l’édifice… cette colonne ascendante est faite de vidéocassettes régulièrement assemblées qui donne accès à une cime, laquelle est coiffée d ‘une petite fille, Gifty.


C’est elle, Gifty qui produit le déplaisant cliquetis. C’est elle, Gifty, qui, par l’entremise de ses doigts obstinés, actionne la roulette crantée d’un briquet. Elle ne cesse d’enfoncer son pouce sur le soleil métallique… censé exciter l’étincelle, l’éclair bleuté qui nait automatiquement de la rotation de la mollette, afin que se forme en un miracle la délicate flamme avec quoi embraser le monde gisant à ses pieds. Gifty contemple son geste, le répète, persiste sans broncher. En attendant que naisse le feu, on peut parcourir d’un œil la cambrure de son dos roulé en avant, cette courbe invraisemblablement souple qui la conduit à reposer le menton sur l’un de ses frêles genoux. Ses jambes sont découvertes car elle porte une robe blanche – défi majeur on en conviendra, au milieu de ce brûlis – dont la jupe est tramée d’une fine dentelle.


p. 100 Cette broderie se superpose à la toile de coton et invite à se perdre, elle est un palimpseste végétal, une promenade enchanteresse parmi les roseraies et les palmeraies… et pour peu que les jambes de Gifty ondulent, s’envolent et se cachent derrière les ramures d’une jungle impénétrable. L’ouvrage est splendide et les cuisses qu’il recouvre pourraient l’être tout autant si la peau que l’on aperçoit ne pelait pas de milliers de particules de peau mortes qui s’éparpillent au vent sitôt que Gifty s’agit.


Ce ruban rose en forme de chou qui ceint la taille de Gifty rehausse lui aussi la silhouette immaculée de la jeune fille, dont on dirait qu’elle a 10 aou 9 ans.


p. 101 On ne connait pas sa voix, on ne l’entend jamais : c’est en hochant la tête, en grimaçant et en roulant les yeux qu’elle négocie les prix… D’elle, on ne connait que le rire, il vous traverse comme une balle, ressort de vous, vous plaque à terre , vous laisse interdit et puis vous gagne….Gifty se rappelle avoir parlé … elle ne sait pas pourquoi ses cordes vocales se sont refermées . Elle l’a peut-être jetée un jour par mégarde sur la bosse, quelqu’un l’a piétinée et, à force de passages, elle s’est ensevelie d’elle-même.


p. 146 Elle est «  la gazelle du haut »( pour Moïse)


p. 158 Ils ne se sont pas rendus compte de la localisation exacte de leur refuge, mais enfin ils sont réalisent qu’ils sont aux pieds de Gifty. C’est comme s’ils avaient été attirés à l’ombre de la jeune fille, protégés désormais par les auspices bienfaisant de cette pythie tot de blanc vêtue qui laisse voir des dents plus éclatantes que la dentelle qui orne sa jupette.


p. 159 Gifty offre ses paumes roses aux regards envieux des 3 garçons. Elle dessine avec ses mains des soleils, des loups, des diamants, des ananas. Peu à peu, ils se tiennent les mains, enfermant la tour de Gfty au centre du cercle qu’ils ont formé ; et comme elle leur fait signe de ralentir ils entament une ronde et Gifty applaudit, se tient les joues, claque sa langue contre son palais pour rythmer la parade solennelle qu’ils ont entreprise pour elle.


p. 160 Gifty ferme les yeux pour accélérer la coulée des larmes qui se sont pressées derrière ses paupières, tandis que, Jacob béat, la contemple et l’adore. On est bien .


173 Après sa bagarre avec Moïse, il a fini par se cacher… et il a passé de longues minutes à observer Gifty, perchée là-bas comme toujours, sur sa tour.Il l’a vue vendre une demi-douzaine des briquets, se délectant de l’agitation permanente de son corps, sa grâce, ses écarts imprévisibles, ses balancements.


Il a imaginé sa voix, son grain peut-être légèrement cassé et ses tonalités tantôt narquoises, tantôt caressantes, ses réflexions enjöleuses. Il a songé à ce qu’elle lui dirait s’ils allaient ensemble, comment elle mordrait son oreille en la léchant par accident au moment de lui asséner des insultes dans un jeu dangereux dont ils auraient inventé les règles. Il s’est vu prendre son corps entre ses bras, le porter comme on berce un nourrisson, le couvrir de baisers, recevoir les siens en retour et parcourir des lieux qui lui demeurent interdits…la laisser elle aussi pénétrer l’intimité de son corps.


p. 214 On (Jacob) se retrouve sous l’action du client…, le cœur soudain cogne, … on tente de se débattre, le cœur est en train de s’emballer, alors on s’abandonne à son cœur et à sa course éperdue, on offre son échappée belle à Gifty, la vie qu’on aurait eu avec elle, les baisers qu’on aurait appliqués sur sa peau pelée, sa voix aussi qu’on aurait fini par déclencher pour qu’elle prononce un «  Je t’aime » et le loge au plus profond des oreilles et du cœur, ce cœur qui s’enfuit… on ne bouge plus, le cœur s’est décroché, il a dévissé, juste comme ça.


p. 218 Et c’est sur les temps de l’enfant mort que rebondissent plusieurs étincelles jaillies d’un feu que son ami tente d’allumer pour qu’il les dévore l’un et l’autre ; …Le feu est apparu sur les 2 garçons, il commence à les immoler.. celui de la petite fille, toujours perchée sur sa colonne, se trouant aussi lorsqu’elle reconnait les deux silhouettes. Alors la petite fille… descend les marches de la tour et s’élance en direction du brasier.


p. 219 a petite fille et son estomac troué,…sont arrivés près du corps vertical encore vivant (Isaac) … (et) posant sa main sur le dos ruisselant , Gifty l’attire à elle de toutes ses forces , se plaquant contre lui pour étouffer les flammes et lui dit tout doucement « Viens ».


Extraits choisis par France Fortunet





Cliquer sur les miniatures ou les boutons de navigation suivant / précédent pour parcourir les photos, bouger la souris pour afficher les zones masquées de la photo, utiliser la molette pour parcourir les miniatures.

Newsletter...

Restez informé en vous inscrivant à la newsletter
© 2017 - 2021  UIAB   -   Mentions légales